LE JOUR QUI A CHANGÉ LE JAPON...日本は変わった日

Publié le par Mimisan

Bien sûr, j'avaispensé faire d'abord un billet "Le Retour". Mon retour chez moi au Japon après un trop long séjour en région parisienne à ne faire que des corées. Mon retour aussi sur la blogosphère auquel je pense depuis longtemps . Pourquoi avoir tant tardé? Je ne sais pas. Par contre, ce que je sais, c'est que je sui strès touchée des messages trouvés ici et de votre fidélité et gentillesse. Vraiment très touchée. Je vous en remercie très chaleureusement. Et pardonnez-moi e ne pas mettre un mot individuel à chacun comme j'aimais habituellement le faire.


Ce qui me fait enfin passer à l'acte ce soir?
La date anniversaire de la catastrophe sans précédent qu'a été le tremblement de terre mais surtout le tsunami du 11 mars 2012.

Je viens de relire le billet que j'avais fait: Séisme historique au Japon: des nouvelles du front...

En ce jour anniversaire, je peux apporter quelques précisions.

 

15.854 morts identifiés.

Je ne connais pas le nombre total de morts non identifiés.

Toujours plus de 300 disparus.

Les personnes déplacées par entaines de milliers.

Des personnes, des familles en très grand nombre qui ont absolument tout perdu... les bateaux, les terres, les maisons et ce qu'il y avait dedans, des membres de la famille, son atelier, son usine etc etc..

 

Des kilomètres de côte complètement ravagés, sens dessus dessous, un spectacle invraisemblable.

Un gros travail a déjà été fait.

Le Figaro.fr a publié récemment un montage photos présentant un certain nombre de sites juste après la catastrophe et ce que c'était à la mi-décembre. Je vous mets le lien (je rappelle que je fais des liens qui ouvrent dans une autre fenêtre) link.

Malheureusement, ce n'est pas partout un changement aussi spectaculaire et ça se comprend. C'est déjà impressionnant que tout cela ait été fait. Hier, à Ishinomaki, la petite ville côtière la plus durement touchée par le tsunami, ils se mettaient au travail pour enlever du toit d'un bâtiment municpal ravagé à l'intérieur mais encore debout, enlever de là, donc, un gros bateau que la vague avait planté là. Ils souhaitaient que ce soit fait pour le jour anniversaire, et symboliquement, et pour enlever ce souvenir visuel trop dur pour les survivants.

Il y a un autre endroit aussi où un plus gros bateau encore coupe une route. Certains ont pensé le garder là en mémorial, mais les victimes survivantes s'y opposent: c'est un souvenir trop pénible à voir.

 

Parmi les choses aites pour la commémoration, ce dimanche 11 mars, il y avait une minute de silence dans tout le pays ) 14h46. Personnellement, à ce moment-là, j'étais à la cathédrale de Tokyo où avait lieu un recueillement et un concert de circonstance. Bien sûr, au moment de la minute de silence, ils ont sonné le glas.
Mais j'ai vu aux infos du soir comment ça s'est passé dans la ville.

Impressionnant.

Tout s'est arrêté et la foule figée sur place vraiment recueillie...

 

Il y aurait peut-être eu moins de morts si les gens avaient pu s'échapper plus vite, plus efficacement. Mais les tsunami ont été plus forts que pensé dans une première estimation et les avertissements pour les prévisons à la hausse ne sont pas toujours parvenues.

D'autre part, trop de gens se sont crus tranquilles après la première vague, croyant que c'était fini sans attendre la fin de l'alerte. Or c'était la deuxième vague la pire. J'entendais hier soir un spécialiste dire que dans le cas d'un tsunami, même 5cm, c'est dangereux, l'eau a une force incroyable c'est comme une masse de 300 à 400 kilos qui vous heurtent. Alors de 6 à 20 mètres...

 

Et puis il y a eu ensuite Fukushima. Et là, au fil des jours, des semaines, des mois surtout, beaucoup de Japonais ont pris conscience que jusque là ils faisaient une confiance un peu aveugle à ce qu'on voulait bien leur dire, leur faire savoir, mais qu'en fait on les bernait tant et plus. "On" étant en particulier les politiques et autres responsables.

 

Beaucoup à reconstruire, les sources d'énergie à repenser, les mentalités qui changent.. oui, un jour qui a changé le Japon.

 

Lorsque, il y a un an,  l'avion qui allait m'emmener hors du Japon a décollé, j'ai craqué. Parce que nous étions épuisés par un certain nombre de nuits sans dormir, et les tensions des nerfs un peu mis à vif mais aussi et surtout parce que j'ai été envahie par la pensée que lorsque je reviendrais, ce ne serait jamais tout à fait pareil...

 

 

Commenter cet article

apiculture 24/06/2013 10:35


Beaucoup de catastrophes ont frappé le Japon depuis bien longtemps mais ce qui me pousse à admirer ce pays c’est qu’il continue malgré tout à être une puissance considérable tant dans le domaine
économique qu’ailleurs. Ce tremblement de terre, j’y étais et je me souviens des peurs quotidiennes avec les centrales nucléaires. Mais le pays a surmonté tout ça et c’est un réel exemple pour
les autres !

gigi 07/04/2012 16:25


bonjour mimisan


effectivement c est un bien triste anniversaire, et suis admirative du courage de toute cette population qui continue a vivre malgré tout le malheur qu il on vécu


contente que tu reprennes ton blog meme si j ai encore de la lecture pour finir de lire tous tes articles precedent!!lol


a bientôt


 


gigi


 

Yasi 02/04/2012 19:29


J'aime beaucoup votre blog que j'aime lire de temps en temps...alors quand j'ai vu votre nouvel article, ça m'a vraiment fait chaud au coeur. J'éspère vous lire à nouveau bientôt, je vous envoie
mes sincères salutations!

Melly 01/04/2012 00:22


Tu nous as manqué ; j'ai souvent pensé à toi - me demandant ce que tu avais décidé de ta vie : rester en France oubien ?


Je me disais que ça avait été très compliqué pour toi - et j'étais inquiète pour toi -


me disant que c'était ainsi aussi la blogosphère les blog-amis qui "disparaissent" du la sphère -


alors ? - raconte !


en gros , tu vas bien maintenant - ça doit être bien compliqué -


je te serre fort dans les bras -


bizarre je n'avais pas reçu la newsletter pour ton retour au Japon -


BreizhBizz


 

Flo de Sendai 31/03/2012 14:13


Mimi, le nombre des disparus n'est pas de 300, mais de 3155 personnes...


Et cette fois, il n'y a pas vraiment eu de difference entre la 1ere et les autres vagues: qqun d'Onagawa m'a raconte que de la montagne ou il etait perche, il a vu arriver (la 1ere) vague comme
un mur d'une dizaine de metres a la verticale...


 


Contente que tu reviennes sur ton blog !


Bisous de Flo.