Edition spéciale: 20 octobre 1969 --> 20 octobre 2009: 40 ans au Japon

Publié le par Mimisan


Aujourd'hui 20 octobre est un jour très spécial pour moi, qui me fait ouvrir le livre des souvenirs.


C'est un jour anniversaire.
En premier, c'est l'anniversaire de mon arrivée au Japon.


Qui plus est, le... quarantième! J'ai moi-même du mal à y croire.  Mais quand je vois la photo, là, si, j'y crois! Quarante années ne passent pas innocemment sur nous.  Cette photo a été prise à notre arrivée à Yokohama, pendant que les beaux-frères répartissaient nos bagages cabines dans les voitures et que ça se passait sous l'œil amusé d'un des employés du port.
Arrivée et premier contact avec la belle famille que j'ai raconté ---> CLIC et ---> surtout: CLIC.

Et sachant que je suis en train de faire ce billet, ma fille vient de me transmettre une autre photo du même jour:



Oui, un drôle de choc culturel, comme vous avez pu le constater en lisant ou relisant la page où mène le 2e lien, alors que je me croyais un peu préparée par rapport à d'autres...

En partant de France à ce moment-là, je ne me posais pas 36.000 questions sur le temps qui allait passer, le temps que je passerais dans ce pays, etc. 

J'ai eu la chance d'avoir une belle famille sympathique avec qui je m'entends bien. Je laisse au présent parce qu'il y a eu des "départs", mais dieu merci pas tous encore. Et c'est une famille étendue aux liens assez serrés. On retrouve toujours les mêmes cousins (éventuellement au 2 ou 3e degré) à toutes les grandes réunions familiales. Il y a des services rendus qui m'ont été particulièrement précieux y compris ces derniers temps.

Je pourrais jouer au jeu de "Je me souviens..." à la façon de Georges Perec.

Je me souviens... de Yokohama petite ville de province à proximité de Tokyo avec sa rue commerçante touristique et sa ville chinoise qui étaient beaucoup plus simples et naturelles que maintenant

Je me souviens de Shinjuku... sans le moindre gratte-ciel ou construction trop importante; la sortie ouest aménagée parce que c'était peu de temps après les Jeux olympiques, mais le reste était très labyrintique, j'ai mis beaucoup de temps à m'y retrouver!

Je me souviens... de terrains vagues  peu à peu recouverts de constructions plus ou moins grandioses ou fantaisistes, dans les grands centres de la mégapole.

Je me souviens ... de la construction de très grands ensembles dans la périphérie de la ville. Curieusement, ils sont restés en bien meilleur état que leurs équivalents français, malgré les séismes.

Je me souviens... du dernier passage d'un tramway dans le quartier des affaires Marunouchi, quartier maintenant méconnaissable comme tant d'autres.

Je me souviens de la mort de Mishima par seppuku dans la caserne près de laquelle j'ai habité ensuite.

Je me souviens... des nombreux "sento", bains publics à la japonaise, y compris dans mon quartier, et qui sont maintenant disparus.

Je me souviens... de mon hésitation devant mon premier "manjou", pain vapeur chinois, fourrré à la pâte de sésame; c'est maintenant une de mes fantaisies préférées.

Je me souviens... de mon grand étonnement en découvrant dans les rayons d'alimentation que le prix des produits était indiqué aux 100 grammes; que tout légume était principalement en paquets préemballés et on ne sait jamais quel est le poids contenu. Toujours vrai pour les fruits aussi: prix à la pièce, ou à la rangée, ou au tas, mais jamais la moindre indication du poids donc pas de repère prix au kilo. L'esprit finit par relativement s'habituer au fil du temps...

Je me souviens... que nous appelions les écoliers et lycéens "les corbeaux" en raison de leur uniforme noir; et les employés de bureau, autrement dit la masse des hommes qu'on pouvait croiser: les souris, parce qu'ils étaient tous vêtus de petits costumes gris identiques...

Je me souviens... de quelques uns des temblements de terre que j'ai vécus en classe.

Je me souviens... avoir vu des roches incandescentes sortir du cratère d'un volcan, dans le Tohoku, en revenant à l'auberge après avoir bien skié.

Je me souviens... avoir eu quelque fois bien du mal à comprendre les gens du Tohoku à cause de leur accent à couper au couteau plus un peu de patois, mais de l'incompréhension totale - et mon mari aussi - dans le Kyushu là où les gens parlaient le Satsuma-ben (qui aurait pu devenir la langue verniculaire du Japon).

Je me souviens... il y a 35 ans avoir eu à faire un cours 2 fois par semaine à des petits du primaire de l'école japonaise Gyosei (Etoile du Matin, frères maristes): de vrais petits monstres qu'il a d'abord fallu sérieusement dompter avant de pouvoir faire quoi que ce soit d'utile (alors la perfection des élèves japonais... à d'autres!)

Je me souviens ... de tant d'autres choses encore!

Je me souviens... de l'émotion de la naissance de ma fille après 5 ans de mariage, et que mon mari avait été stupéfait de découvrir que les frais de couveuse n'étaient pas du tout pris en charge parce que "ce n'est pas une maladie", mais c'était pourtant bien les médecins qui avaient jugé cette mesure utile ou nécessaire...

Je me souviens... de tous les voyages ou séjours ou croisères que nous avons faits, avec mon mari...

Je sais ... que les dieux n'ont pas été tendre avec lui pour sa fin de vie trop difficile et longue,et éprouvante pour moi aussi en raison de sa maladie.

Je sais... qu'on devrait être ensemble aujourd'hui pour trinquer et faire la fête.

Mais je sais aussi que ce 20 octobre, c'est le troisième mois de son décès, une des étapes considérées comme importantes dans le rituel japonais très exigeant; et que je trouve ces coïncidences de dates très dérangeantes, troublantes, pas très bonnes pour le moral.

Je n'ai jamais voulu être une personne qui regarde en arrière, j'avais toujours besoin de me projeter dans des projets. Il faudrait que je retrouve et garde cette qualité... pas encore évident... surtout à mon âge...


La porte étroite...


              

Commenter cet article

Véro 18/01/2010 18:07


Malgré le ton mélancolique de ce billet, j'aime lire ces souvenirs.
Voilà donc bien une chose que l'on peut te souhaiter pour 2010... de vivre pleinement dans le présent et pour le futur.

De tout coeur.
Véro


Mimisan 21/01/2010 17:11


Merci pour ce message où je te reconnais bien.
Amitiés.


Kate 10/11/2009 09:47



je viens de lire ce texte avec un grand intérêt - il y a également beaucoup d'émotion et d'humour - formidables ces photos - moi cela fait près de 30 ans que je suis en Normandie (je viens
de Bretagne) un voyage peu lointain pour quelqu'un comme toi qui n'a pas hésité à partir si loin - bizz



Mimisan 12/11/2009 07:37


La Normandie, ma région natale (Rouen) pour laquelle mon cœur gare toujours un attachement...

Tu as donc franchi non pas le Rubicon mais le Couesnon :lol:


Bea kimcat 07/11/2009 14:13


mimisan
je suis désolée, je viens d'apprendre le décès de ton époux...


Mimisan 07/11/2009 18:59


Oui, c'est arrivé le 20 juillet, mais c'était finalement la fin de longues souffrances pour une chose dont on ne guérit pas. Ça prend plus ou moins de temps, mais
on ne peut échapper à une maladie neuro-dégénérative...


françoise 07/11/2009 07:53


C'est beau et émouvant ta façon de nous raconter cet anniversaire
bises
françoise


Mimisan 07/11/2009 18:49


Merci pour cettefaçon de sentir ce billet, ça me touche.
Bises


Azalées 02/11/2009 20:14


Ton article me touche beaucoup, je crois comprendre ton sentiment pour ce magnifique anniversaire de ton arrivée au Japon qui englobe 40 ans de souvenirs que tu partages avec tes amis sans pouvoir
les partager directement avec ton mari ! Merci pour ce beau témoignage.
Bises.


Mimisan 03/11/2009 14:22


Merci pour ta visite, et pour ce commentaire qui me touche.
Bises.