Une jolie tradition, une jolie légende

Publié le par mimisan



Le 7 juillet n’est pas une date indifférente au Japon (ou du moins dans une grande partie du pays).  Ce jour là, c’est « Tanabata », une fête liée à une belle légende d’origine chinoise. ce jour-là, ici et là, normalement dans les maisons aussi, des branches de bambou sont disposées auxquelles on accroche une petite bande de papier où l’on a écrit un vœu pour l’année.


Selon une légende originaire de Chine et qui a poursuivi sa carrière au Japon, la fille du maître du Ciel filait d’un côté de la Voie lactée. C’est l’étoile la Fileuse (Véga de la Lyre). Son père lui choisit pour fiancé le Bouvier (autre étoile – Altaïr de l’Aigle – de l’autre côté de la Voie lactée.). Les amants passaient tant de temps l’un avec de l’autre qu’ils négligèrent leur travail. Le père les condamna à vivre séparés et à ne se voir que le 7e nuit du 7e mois, où ils se réunissent enfin – si du moins le temps est clair et le permet. Ce jour-là on fête au japon depuis l’an 691 la réunion du couple. Il est d’usage que les jeunes filles qui prennent part à la fête fassent des vœux pour trouver un mari aussi fidèle que le bouvier.

Ce qui suit est, dans sa traduction française, le poème qui évoque cette légende, dans le Manyôshû, la première compilation de poèmes réalisée à la période de Nara (710 - 784). Elle a été réunie par Ôtomo no Yakamochi vers 759 ou 760; elle comprend 4 516 poèmes.



Le Bouvier
Et la Fileuse
Se font face sur la rivière
Lisse comme une fine natte
Depuis le temps où sont séparés
Le ciel et la terre.
Leur amour
Ne connaît pas de repos
Leurs lamentations
Ne leur laissent pas de répit,
Par les flots bleus
Leurs désirs sont réduits à néant,
Dans les nuages blancs
Leurs larmes sont taries.
En cette situation
Ils ne peuvent que soupirer.
En dépit de tout
Ils s’aiment l’un l’autre.
Que n’a-t-il une petite barque
Peinte en rouge,
Que n’a t-il des avirons
Garnis de gemmes
Pour traverser
Quand vient le matin,
Pour ramer vers elle
Avec la marée du soir ?
Au bord de la Voie lactée
Eternelle
Elle étendrait son écharpe
Qui vole à travers le ciel.
Les beaux bras
Aux beaux bras se mêleraient,
Que de nombreuses nuits
Ils voudraient dormir ensemble
Même quand ce n’est pas l’automne.

Man.VIII ; 1520


Nous avons là un bel exemple d'une attitude humaine universelle: créer une légende pour donner une explication à un phénomène de la nature qui intrigue, donc bien souvent inquiète. C'est ainsi que nous avons tant de belles histoires poètiques, parfois tragiques aussi comme si souvent dans la mythologie grecque…

J'espère que cette histoire vous a plu…




Publié dans traditions

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

mouna 01/08/2010 22:26



tres jolie histoire que je connais car j'ai un livre de contes chinois



Nihonnoai 16/11/2006 11:17

Magnifique Légende !!

:0002:@nne marie 08/07/2006 12:02

Bien ta bannière centrée: Bisous  ànne marie

Martine 08/07/2006 07:14

C'est une très jolie légende, j'ai pris plaisir à la lire.Bon week-end

:0002:@nne marie 07/07/2006 23:33

Vraiment très jolie légende pleine de douceur et de beauté. Merci pour ce beau moment passé à la lire. Bisous @nne marie