Parlons lecture…

Publié le par mimisan

Bonjour

Aujourd'hui j'aimerais vous parler d'un livre que je me suis mise à relire, parce que je l'avais un peu oublié.

QUEL LIVRE:

Son titre est Le bouddha blanc par Hitonari Tsuji, 1997, traduction française 1999, par Corinne Atlan., collection Folio

La petite notice de présentation de l'auteur est comme suit:

QUEL AUTEUR:

    Hitonari Tsuji, né à Tokyo en 1959, est très connu au Japon comme poète et comme chanteur de rock. Auteur de plusieurs romans qui ont remportés un immense succès, il est considéré comme un des chefs de file d'une nouvelle génération d'écrivains japonais.   
    Pour écrire Le Bouddha blanc, il s'est inspiré de l'histoire de son grand-père. Ce roman a reçu le prix Femina étranger 1999.

Voilà pour situer un peu l'auteur et la génération à laquelle il appartient.

CONTENU DU LIVRE:

Avant de vous livrer mon point de vue de ce livre, je vous donne à lire la 4e de couverture.

Minoru Eguchi est armurier dans une île du sud du Japon, l'île d'Ôno. Sur son lit de mort, il se souvient de sa vie commencée à la fin du siècle dernier [le XIXe siècle] dans le Japon de la fin de l'ère Meiji. On le suit, lui et sa famille, à travers les guerres du XXe siècle, à travers la richesse ou la pauvreté, à travers les interrogations sur la vie, l'amour, la mort…
Pour s'assurer qu'aucune âme n'errera solitaire sans trouver le repos, il entreprendra la construction d'une immense statue qui donne son titre au roman. Un Bouddha debout, parce qu'un <<Bouddha assis ne peut secourir un enfant qui se noie, tandis qu'un Bouddha debout peut se précipiter au secours de ceux qui en ont besoin.>> Un Bouddha édifié avec les ossements de tous les morts de l'île d'Ôno. <<Un Bouddha qui symboliserait la promesse de se revoir dans l'autre monde. Une sépulture qui ne serait jamais laissée par les vivants, tant que l'île existerait.>>

MES REMARQUES PERSONNELLES:

Une phrase de l'accroche est à souligner: "
à travers les interrogations sur la vie l'amour, la mort…" j'ajouterai : et l'amitié. A souligner parce que nous avons là le vrai thème central du livre. Le Bouddha blanc, même si sa présence dans le roman est annoncée assez tôt par quelques visions de Minoru, le projet de la statue ne vient que tardivement dans le dernier quart du roman. Ce qui n'en fait pas pour autant un titre usurpé.
Ne pensez pas, cependant, que c'est un livre morbide.
On s'attache peu à peu à cet homme qui est pacifique, opiniâtre, qui rebondit face à l'adversité, qui toute sa vie garde le remords d'avoir achevé ce soldat russe dans la grande steppe enneigée.
Les sentiments sont suggérés par l'auteur, tout en nuance, en demi-teinte.
Le tout est fort bien traduit par Corinne Atlan dans un français très naturel.

Bref, je suis contente de ma lecture…


Grand Bouddha à Kamakura


Publié dans livres & films

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Petit Chat 08/03/2011 15:17



Je note, je note, je vais le conseiller à ma mère (qui est toujours en train de chercher une lecture après une autre!). Et après on verra si j'ai le temps de le lire! ^__^


Merci encore mimi!!



Opale 22/10/2007 17:47

Toujours partante pour découvrir un auteur japonais je suis contente d'avoir une idée de lecture avec Le bouddha blanc. As-tu entendu parler de La trace de Richard Collasse. Il vient de sortir en France et je serai curieuse de savoir ce que tu en penses. Merci milles fois pour ce site qui me permet d'en savoir un peu plus sur le Japon.

Mimisan 22/10/2007 18:48

Je sais qui est Richard Colasse, que j'ai eu l'occasion de rencontre par le passé, mais je n'ai pas eu l'occasion de lire son livre.Je viens de trouver cette page d'échange d'avis sur ce livre et où il est question aussi d'Amélie Nothomb (qui ne parle pas du Japon mais qui prétend en parler)http://www.lejapon.org/info/modules.php?name=Forums&file=viewtopic&t=534963Je suis arrivée au Japon un an avant lui; expériences différentes par la différence de domaine professionnels.

Zhealy/Deborah 03/07/2006 08:23

J'ai lu ce livre en Francais, puis en Japonais
En francais, j'avais beaucoup aime
En japonais, je n'ai pas retrouve la meme atmosphere...c'est dommage...usage encore trop grand du dictionnaire - je ne m'arrete pas a chaque kanji que je ne comprends pas, mais ceci est parfois necessaire en Litterature
Tres bon conseil de lecture en tous cas
Bises
 

@nne marie 02/07/2006 09:39

  Un petit coucou en passant et surtout un gros gros bisou de la mer rouge  @nne marie

Martine 02/07/2006 08:46

J'aime beaucoup les livres qui se passent au Japon. Je pense que je lirai le tien. Je viens d'acheter "l'impératrice de la soie" en 3 tomes par José Frèches. Il se passe en Chine.J'ai lu "Geisha" par Arthur Golden : un régal. Dommage, je n'ai pas pu aller voir le film.Bisous