Teizo Ogaki, peintre, lithogaphe graveur d'origine japonaise en France

Publié le par Mimisan




Cette photo de Teizo Ogaki a été prise le le 21 juillet 2007 à Tokyo, dans une galerie d'une rue parallèle à la Ginza où avait lieu son exposition -vente.



Teizo, le peintre et lithographe et Naotoshi Ono, mon mari prof d'université, traducteur, poète, photographe (en particulier nuages et paysages), les deux amis heureux de se retrouver discutent ferme.

Comment nous avons fait connaissance de lui et sa femme appartient à un épisode de ma vie dont j'ai déjà raconté ici un bon nombre dans "un peu de moi". Je rappelle que je suis venue au Japon pour la première fois, deux mois après mon mariage, par la voie maritime. Nous embarquions le 4 septembre 1969 à bord d'un bateau mixte (passagers et cargo) des Messageries Maritimes de la ligne Marseille-Yokohama et cet appareillage-là était l'avant-dernier de la ligne qui allait fermer.
A l'heure du diner, premier repas des nombreux qui nous attendaient pour ces 43 jours de traversée (le canal de Suez était encore fermé), on nous a indiqué notre table en nous disant qu'on avait pensé qu'on serait bien en compagnie de ce jeune couple nippo-allemand avec un bébé de un an. C'était Teizo, sa femme et leur premier fils.



Teizo, qui est né à Kyoto en 1936, et a commencé ses études de dessin et peinture à l'Académie d'Art de cette ville, rentrait d'un séjour de 4 ou 5 ans en France (comme mon mari) où en 1965 il avait étudié la lithographie aux Beaux-Arts de Paris, puis travaillé avec Clarins et Davez et étudié la gravure avec Jonny Fiedlaender jusqu'en 1969.
Et donc en automne 69, il rentrait avec sa femme et son fils à Kyoto.

Retour qui fut d'assez courte durée, 3 ou 4 ans. Et leur dernière nuit au Japon avant de prendre l'avion à Haneda (à l'époque c'était le seul aéroport et on passait par Anchorage, 18 heures de vol), c'est à la maison (notre appartement de l'époque était presque moitié plus petit que celui où je suis maintenant depuis 30 ans) sur des futon de fortune qu'ils l'ont passé; une soirée qui fut bien sympathique, avec promesses de garder le contact.

Ils se sont installés en pleine campagne dans le Lot, à Frespech, relativement à proximité de Villeneuve sur Lot. (il est maintenant à Villeneuve). Leur maison, le paysage qui l'entourait, les moutons et lapins qu'ils élevaient, tout cela inspirait l'œuvre de Taizo Ogaki, comme vous le voyez déjà ci-dessus et ci-dessous aussi:


Des œuvres à la fois bucoliques et poètiques. Pendant une longue période, beaucoup de ses œuvres comportaient une sorte d'ange volant dans le ciel au-dessus des vallonnements de Frespech. C'est d'ailleurs une de ces grandes litho que nous avons à la maison.
Le cadre dépeint était bien français, mais la délicatesse dans la façon de traiter les sujets et les couleurs avait sa touche bien japonaise. Un très heureux mélange.


Et puis au fil des années le style évolue, d'autres techniques sont employées comme la peinture à la cire, des sujets jamais traités avant font leur apparition comme la marine que vous allez voir.

Comme tout était sous cadre de verre, il était difficile de faire des photos au résultat satisfaisant, je vous demande donc de ne pas être trop sévères à mon égard sur ce point.
Voici donc, dans cette exposition de 2007 qui a fait le tour du Japon, des œuvres plus récentes (il y en avait d'autres mais trop difficiles à photographier avec le verre et leur emplacement):









Vous pouvez également voir quelques reproductions ici: ---> CLIC.
Des appréciations sur l'œuvre de Teizo Ogaki  CLIC et CLIC.

Il a aussi fait de la peinture sur bois, mais je n'ai pas d'exemple à vous montrer.

J'espère que cela vous a intéressé. Au plaisir de vous lire.


    

Commenter cet article

Kate 11/11/2009 21:55


oui c'était très intéressant - j'aime bien la manière dont tu relates tes rencontres - bizz


Downunder 28/05/2009 09:59

J'aime beaucoup son travail avec une préférence pour les premières et dernières oeuvres que tu présentes.Très fins, très délicats...c'est très poétique

Mimisan 28/05/2009 12:43


Je suis tout à fait d'accord avec ta façon de voir.


Bruno 20/05/2009 06:25

Je n'avais pas vu cet article hier Mimisan et je suis heureux de le découvrir aujourd'hui avec une belle histoire d'amitié et beaucoup de talent à la clé. Bonne journée.

Mimisan 21/05/2009 16:44


Merci pour cette appréciation


Terrienne 19/05/2009 19:11

très intéressant, jolie histoire d'amitié.

Mimisan 21/05/2009 07:58


Et de bons artistes, chacun dans son genre


eg 19/05/2009 08:08

En fait je me demande ce que cela veut dire "faire du konpira"Peux être pourra tu m'éclairer?Hier je suis allée au vernissage d'une des rares expos de nihonga à l'espace Mitsukoshi.J'ai été surprise du style très "flashy" de l'artiste Morita Reiko qui a réalisé des oeuvres pour le Temple d'or à Kyoto. Je reste une inconditionnelle des oeuvres de Konpira.