Evolution des droits de la femme au Japon et en France

Publié le par Mimisan

ESQUISSE DE TABLEAU COMPARATIF FRANCE - JAPON :

EVOLUTION DE LA SITUATION DE LA FEMME
DANS LA SOCIÉTÉ

(à compléter)



 D'après les documents suivants :
Guide de l'exposition de 女性と仕事の未来館 (josei to shigoto no miraikan) The Advancement of Working Women, from the Past to the Future.
La Femme dans la société française, Thierry Blöss, Alain Frickey ; éd. PUF, collection  Que sais-je ?

Il y a quelques années, stimulée par un séminaire de formation continue que j'animais, stimulée aussi par le simple intérêt que je portais au sujet, j'ai commencé ce tableau comparatif qu'il faudrait que je complète, mais aujourd'hui, je vous en fais quand même part en l'état, quitte à le rééditer plus tard.

Il est d'actualité en cette journée de la femme, et ça vaut bien de vous faire attendre une journée de plus pour la réponse à la photo mystère de la page précédente.

Et vous constaterez que la situation des femmes n'étaient pas pire qu'en France.

ITEM FRANCE JAPON
Un enseignement secondaire d'état pour les filles 1880 : (loi Camille Sée) ; mais une première création en 1867 par Victor Duruy ; (N.B. : première femme à passer le bac en 1861)  1872 : première école gérée selon ce principe
1899 : décret pour l'enseignement secondaire des filles promulgué et renforcé


 Ecole déclarée obligatoire pour garçons et filles à partir de l'âge de 6 ans   1882 : loi Jules Ferry rendant l'enseignement primaire obligatoire public et laïc, ouvert aux filles comme aux garçons    1872 : décret rendant l’enseignement  primaire obligatoire pour tous les enfants garçons et filles à partir de 6 ans;
Mixité   1835 : arrêté imposant de séparer les garçons et les filles à l’école, et complété l’année suivante par un autre arrêté qui impose une cloison entre garçons et filles lorsqu’ils sont admis dans le même local.
1963 : Décret qui institue la mixité comme régime normal des Collèges d’enseignement  secondaire ; renforcé par la loi Haby en 1975, citant l’ensemble des cycles d’enseignement
 1947 : Loi sur l'éducation : proclamation d'égalité d'accès à l'instruction pour tous, et mixité des écoles 
 Contenu des enseignements
 1836 : Ordonnance qui étend aux filles certaines règles en vigueur pour les garçons : même distinction des 2 degrés d’enseignement primaire, mêmes matières obligatoires sauf que les filles doivent faire aussi chant, dessin, travaux d’aiguilles Situation assez semblable au Japon 
Contenu des enseignements, suite
 1924 : décret qui institue des horaires et des programmes  d'études identiques dans le secondaire, pour les garçons et les filles, entraînant une équivalence formelle entre les baccalauréats masculin et féminin

 
 Ecole Normale de filles
 1838 : première création ; 1861 : première femme admise à passer le bac
1879 : loi rendant obligatoire l'entretien par chaque département d'une école normale de filles


1874 : création de l’Ecole normale féminine de Tôkyô
1890 : création de l’Ecole normale supérieure féminine de Tôkyô (devenue l’université Ochanomizu) ; 1908 : création de celle de Nara
 
 Enseignement supérieur :
   1929 : l’université Meiji ouvre une section féminine de la faculté de droit et de commerce
 Droit de vote
1944  1945
 Constitution 1946 (IVe République) : le principe de l'égalité des droits entre hommes et femmes dans tous les domaines est pour la première fois posé dans le préambule de la Constitution. 
1946 la nouvelle constitution (mise en application en 1947) stipule l'égalité de droit des hommes et des femmes. 
 Conditions de travail au XIXe siècle 1874 : femmes et enfants sont exclus du travail des mines
1892 : loi interdisant pour les femmes tout travail dangereux ou insalubre, de même que le travail de nuit , et qui limite à 11 le nombre d'heures de travail par jour.


 
De 13 à 18h de travail par jour selon l’usine et la saison
1886 : première grève féminine ; dans leurs revendications, l’employeur accepte finalement de réduire d’une heure la journée de travail de 15 heures…
1933 : interdiction de faire travailler des femmes et des enfants dans les mines (mais en 39, retour en arrière pour les femmes)
 
 Congé hebdomadaire
 1892 :obligation d’une journée de repos hebdomadaire

En 1901, elles ont déjà 3 ou 4 jours par mois ( le 1er, le 11, le 21 et le 31) ; sont observés aussi les 3 principaux jours fériés de l'année  + du 28 décembre au 6 janvier et éventuellement une autorisation d'e s'absenter pour le « obon » au mois d'août. 
Congé de maternité   1909 : loi instituant un congé de maternité (sans traitement) de huit semaines sans rupture du contrat de travail
1928 : le congé de maternité de 8 semaines, avec traitement, est étendu à toute la fonction publique
maintenant :


(Il faut que je retrouve les informations précises à ce sujet: il y a eu des évolutions relativement récentes) 
 Droit de travailler
 1965 : les femmes ont le droit de travailler malgré l’opposition du mari  



Publié dans société

Commenter cet article

Vero et Eddy 19/03/2009 19:50

Curieux, commes des lois assez parallèles ont amené des applications si différentes dans ces deux pays.Véro

Francoise58 13/03/2009 09:36

très intéressant ce tableau comparatif, et certaines dates m'on rappelé des souvenirs, comme le passage à la mixité, je n'avais que 10 ans mais je me souviens bien de l'effervescence à l'écoles quand la lourde porte de 3 mètres, séparant la cour des filles à celle des garçons s'est ouverte

Mimisan 13/03/2009 15:40


L'école communale où j'étais était mixte. Mais ensuite, dans les lycées (actuels collèges + lycée) c'était différent. Je me rappelle quand le lycée de fille où
j'atis avait déécidé de passer progressivement à la mixité en commençant par le niveau lycée. Donc quand je suis passée en Seconde, il y avait 3 garçons  pour toute une école de fille... Vu
maintenant, ça parait la préhistoire...


Terrienne 12/03/2009 07:48

Bonjour Mimi sanSi je peux apporter mon témoignage perso: en 1991, j'ai voulu me faire stériliser, après trois grossesses voulues. L'hopital m'a demandé une autorisation écrite de mon mariBien entendu, il était tout à fait d'accord pour la signer, mais je me mets à la place d'une femme mal mariée...

Mimisan 13/03/2009 14:12


Merci pour ce témoignage.
Je ne suis pas vraiment étonnée par ce dont tu témoignes.  Du moins je comprends le fonds: il vaut mieux que les deux parties du couple soient d'accord pour une chose aussi importante. En même
temps, il y a quelque chose qu ime rebute à l'idée  de cette autorisation écrite...


Claude B 11/03/2009 12:10

je remarque dans ce tableau, que pour certaines choses, les japonnais étaient en aavance sur nous.mais dans d'autres domaines que la scolarité, y a encore de quoi faire.bonne journée

Marlene 11/03/2009 10:42

Bonjour de Toulouse, Mimisan,Merci pour ce tableau, on en apprends tous les jours avec les blogs. Bonne journée.@+.

Mimisan 11/03/2009 16:59


Vive Toulouse!
Je suis bien d'accord que les blogs peuvent être un excellent moyen d'échange.