Superposition de styles et contrastes à Ueno

Publié le par mimisan

Dans le titre, j'ai limité à Ueno, mais il peut s'appliquer à plus ou moins l'ensemble du pays.

Ueno, quelques mots, c'est: une gare importante, un grand parc où se trouvent des musées, des salles d'expositions, le zoo, une immense allée de sakuras, ce grand étang dont maintenant les lotus sont tout secs. C'est aussi un quartier populaire où je vais relativement souvent faire mes courses alimentaires, exactement à Okachimachi pour ceux qui connaissent.

La superposition des styles est ici illustrée par un angle très précis selon lequel on peut voir le toit d'un pavillon dans la tradition des temples et salles de méditaition et le Sofitel, un peu comme si c'était  une seule bâtisse, comme si le sofitel à l'architecture un peu fantaisiste surgissait  du somment du pavillon. Ceci m'a toujours beaucoup amusée à voir, toujours semblé très emblématique du fouillis japonais. Ce jour-là, j'avais mon appareil, j'en ai profité.




Nous étions venus à Ueno pour une exposition annuelle de tableaux et photos (mon mari y a d'ailleurs très longtemps participé dans la section photo) d'amateurs éclairés. Cette exposition assez connue s'appelle "kokuten" 国典.

Beaucoup de tableaux, assez peu qui m'ont intéressée. Ils ne sont pas là, ils trouveront peut-être leur utilisation une autre fois.
En sortant de ce grand complexe d'expositions (il y avait du monde, c'était dimanche, il y avait l'exposition d'œuvres du Prado aussi, je vous laisse imaginer…) nous avons pu apprécier comme d'habitude deux objets décoratifs disposés là dehors.


























Non, ce n'est pas la Géode de la Villette, mais à chaque fois que je vois cette sphère, j'y pense.

J'ai finalement mis la photo où il y a des personnes à côté, parce que la sphère est sous un bon angle (si j'ose dire!!!), mais si ce n'était que celà, je disposais d'autres photos. L'intérêt, c'est que les personnes présentes donnent une idée de la taille.







Tout ceci est bien joli, bien agréable. et puis on avance un peu. C'est qu'on commence à avoir faim, il vaut mieux se rapprocher de notre petit restau habituel. On ne fait pas 150 mètres de distance pour trouver:
un campement dans les sous-bois du parc. Ce sont des SDF qui sont installés là. Ils se font une tente de fortune à l'aide de ces grandes bâches en plastiques. Ceux-ci sont "favorisés par rapport à bien d'autres. Ils sont "bien" installés (remarquez les guillemets que j'emploie, tout étant relatif). Ils ont un espace privé au bon air. La plupart des "homeless" à Tokyo ont pour abri des boites d'emballage en carton, d'où aussi l'autre façon dont il arrive qu'ils soient désignés: dambôlu otoko" = homme boîte d'emballage. Qui sont-ils? les laissés pour compte de la prospérité, de la bulle qui a éclaté. Une fois ou deux, j'ai vu à la télévision un reportage bien fait, montrant des hommes écrasés par le chômage, rejetés par la famille, cherchant à s'en sortir, à rester digne, présentable, propre… Parce que les conséquences du chomage sont identiques dans tous les pays. Et savez-vous comment, ces dernières années, étaient appelés les maris devenus encombrants, par exemple parce que le retraite était là, ou le chômage,et du coup eux aussi très présents à la maison sans trop savoir quoi faire, bien souvent? les "sodai gomi" les déchets encombrants!

Toujours charmantes, les femmes japonaises, n'est-ce pas?  Je suppose que les hommes qui lisent ceci sont assez surpris de voir ternir ainsi leur fantasme de la petite japonaise toujours parfaitement soumise et respectueuse…

 Hé oui, c'est toute la différence entre le mythe et la réalité.






Image Hosted by ImageShack.us




Publié dans société

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article