Quelques pétales sur le tatami… conte zen

Publié le par mimisan


tourbillon de pétales dans une rivière qui va les porter jusqu'au port; Matsuzaki, presqu'île d'Izu


Rikyu, le fondateur de la cérémonie du thé de l'école Chanoyu, reçut un jour, en présent, de très belles fleurs: des tsubakides, de la part du chef du temple voisin de Daitoku-ji, à Kyôtô.

Un jeune moine les lui apporta. Juste devant la salle de thé, il fit tomber les belles fleurs sur le sol. Tous les pétales s'en détachèrent d'un coup, il ne restait que les tiges. Le jeune moine, confus, s'excusa auprès de Rikyu qui répondit:
<>

Devant la niche, le tokonoma, Rikyu posa simplement un vase à ikebana vide. Puis il enfonça les tiges des fleurs et, par terre, sur le tatami, tout autour du vase, il dispersa harmonieusement les pétales.

C'était très beau, naturel, simple. Rikyu dit alors au petit moine:
<
Shiki soku ze shiki: le phénomène est le phénomène.
En tombant, elles sont devenues Ku, il n'y avait plus de fleurs:
Shiki soku ze ku, le phénomène est Ku, Rien.
Selon le sens commun, elles auraient pu rester telles quelles:
Ku soku ze Ku, Ku est Ku, le Rien est Rien.
Mais maintenant elles embellissent la pièce:
Ku soku ze shiki, Ku - Rien est le phénomène.>>

Avec rien, cette pièce est devenue très belle, beaucoup plus belle qu'n employant plein d'éléments de décoration. Juste quelques pétales déposés sur le tatami autour d'un vase sans fleurs dans le tokonoma.
Cette histoire reflète l'esprit de la cérémonie du thé.

Le Bol et le Bâton,
120 contes zen, racontés par Maître Taisen Deshimaru
Albin Michel, spiritualités vivantes


L'esprit de la cérémonie du thé, oui, mais tout particulièrement, dans ce cadre, celui du chabana, arrangement floral pour le chanoyu (cérémonie du thé), toujours d'une grande simplicité, juste un ou deux éléments…

La relecture, hier, de cette anecdote m'a fait penser aux photos de fleurs tombées que je vous ai présentées dans cette précédente page.

Et les photos d'aujourd'hui montrent aussi que la nature se charge souvent de cette forme d'esthétique en quelque sorte inattendue.


Les pétales sont restés accrochés à une toile d'araignée.



 

Publié dans bouddhisme - zen…

Commenter cet article

Patrick 09/05/2007 23:23

Joli conte et la toile a disparu au profit des pétales dans l'air.

lory 01/08/2006 16:15

j'aime beaucoup ces contes,...un blog à connaitre!ciao,lory

cocole 20/04/2006 15:36

moments magiques, rencontres imprévues et improbables!

Lady Domi 20/04/2006 13:03

Je parlais à mon père (fasciné par le Japon, entre autres nombreuses choses) de ton article sur les fleurs de camélia... Il m'a raconté l'histoire du prêtre zen qui avait demandé à l'un de ses jeunes élèves de ratisser les feuilles mortes tombées dans le jardin, ce dont il s'acquitta consciencieusement. Trop consciencieusement, puisque le prêtre alla chercher une poignée de feuilles, qu'il sema sur les allées fraîchement râtissées...(En cas de faute, quelle qu'elle soit, un peu de compréhension : je n'ai pas dormi depuis une trentaine d'heures !)

lili :0091: 20/04/2006 12:19

c'est un joli conte et c'est vai que les pétales sont suspendu dans l'air, la toile d'araignée à disparu
 bonne journée, sous ici enfin le soleil profitons en, demain pas sûr :0010