La presse à 0 Yen au Japon

Publié le par Mimisan

<<La presse à "0 yen", autrement dit la presse gratuite, est en pleine expansion au Japon: En 2.005, 154 nouveaux titres sont apparus et le nombre total d'exemplaires distribués a atteint 9,1 milliards (+ 15,8% en un an), soit deux fois plus que la presse payante. Les evenus publicitaires des gratuits se chifrraient à 666 milliards de yens, le double du montant sur internet. Sur 1.200 publications gratuites existant au japon, un tiers ont été lancées au cours des six dernières années. Ciblée sur un lectorat précis (âge,sexe, revenus), la presse gratuite nippone est en majorité hebdomadaire ou mensuelle. L'un des derniers nés, un épais mensuel, s'adresse aux petits investisseurs afin de les aider à gérer eux-mêmes leur portefeuille. Un autre mensuel vise les plus  decinquante ans qui souhaitent enrichir leur vie culturelle. Diffusés dans les stations de métro, sess 120.000 exemplaires disparaissent en quelques jours.






Le monde de la presse est en train de passer à la communication en ligne, et les gratuits sont une bouée de sauvetage de l'écrit. Au Japon, les revenus des grands journaux sont partagés pour moitié entre les ventes et la publicité contrairement à la presse européenne pour laquelle la seconde est plus importante. Aussi, au Japon y a-t-il une forte résistance aux quotidients gratuits. Et le seul créneau est celui des périodiques. Headlines Today, un quotidien gratuit apparu en 2.002, n'a pas survécu à l'hostilité de la presse payante, épaulée dans son offensive par les agences de publicité. Il a dû évoluer vers une formule hebdomadaire.

Kiosque à la station d'ichigaya.

Les gratuits distribués localement sont pléthoriques au Japon, chaque jour, un monceau de publicités est inséré dans les quotidiens par les distributeurs de quartier qui les mettent dans les boites à lettres (la vente en kiosque est minime au japon. Il faut, pour que ces publications gratuites soient lues, qu'elles soient attrayantes.>>

Personnellement, j'ai remarqué quelques point suivants:
- le métro fait beaucoup de publications, pour suggérer des promenades visites de divers quartiers, ou véritables annuairees des restaurants, cafés et autes boutiques par quartiers.
- une de ces publications quon voit le plus et épaisse, et c'est pour la recherche d'emploi (il y a des problèmes de chaumage au japon aussi).
- pris dans un super marché, j'ai ramené une fois à la maison un de ces mensuels gratuits,destiné plutôt aux jeunes. J'avais vraiment l'impression d'avoir en main un magazine acheté à la librairie du coin.
- Les quotidiens sont distribués aux abonnés et livrés tôt le matin, un peu à la façon es Etats-Unis. C'est pourquoi on dit qu'il y a relativement peu d ekiosques. On mes trouve dans les gares, les stations de métro et ils vendent un peu de tout.




Ce que j'ai cité pour l'essentiel de ce billet, c'est un petit texte de l'examen écrit de français pour obtenir le titre de guide interprète en langue française. Mais eux-mêmes ne donnent pas les références.

Au plaisir de vous lire, l'interêt d'un blog étant l'échange avec le lecteur :D

Publié dans société

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Véro 10/10/2008 20:45

Et bien bravo à celui qui réussi cet examen, car il s'agit d'un sujet qui sort un peu de ce que l'on demande aux guides touristiques.A bruxelles, nous avons un quotidien distribué dans le metro. Il s'appelle metro d'ailleurs. Beaucoup de gens se contentent de cette lecture qui n'est bien souvent qu'un résumé des notes d'agence de presse. lication.VéroPeut-on appeler cela un journal ? Il n'y a pas de travail journalistique dans cette pub

jean-marie 10/10/2008 01:09

très intéressant cet article, ma chère Mimisan.la situation dans ce domaine au Japon me semble différente de celle d'ici... Il y a peu ici, je crois, d'hebdo ou mensuels gratuits par contre quelques quotidiens parviennent à s'en sortir...L'importance et le rôle de la publicité sont comparables... et, comme tu le soulignes  elle devient un moyen de pression.bises amicalesjean-marie

Jacqueline 10/10/2008 00:15

En lisant ton article je me rends compte de ce qu'est la mondialisation. EN fait on retrouve des constantes qui concernent notre quotidien. L'invasion de la presse gratuite signifie paperasses débordantes et pour ce qui est de l'information la copie des communiqués des agences de presse qu'on a dèjà vu sur Internet. Bien sur tout le monde n'a pas Internet..mais ces diffuseurs de nouvelles choissisent toujours  celles qui occupent l'attention des lecteurs qui ainsi ont une actualité pilotée...Je me sens un peu révolutionnaire!!!Bises

oursonne libre 07/10/2008 17:12

En France aussi les gratuits deviennent de plus en plus nombreux, mais ici aux US, ils y en a pas mal que je recupère dans les magasins ou dans la ruec'est etonnant cette vendeuse de magazines avec son masque dis moi MimisanBisous

Flo au Japon 07/10/2008 14:16

Bonjour Mimi ! je ne viens pas assez souvent te voir, c'est un tort ! Justement j'ai decouvert ce dimanche Eruca, un gros mensuel feminin gratuit, qui presentait quartier par quartier des vetements et accessoires qu'on pouvait trouver dans les magasins de Tokyo. Super pratique... enfin pour celles qui ont la taille japonaise !!!

Mimisan 07/10/2008 16:36


Je pourrais en dire autant pour chez toi; et puis il m'arrive aussi de passer sans laisser de mot; ce n'est pas bien, je sais ...
Je ne pensais pas qu'on trouvait jusqu'à Sendai ces revues gratuites concernant Tokyo. Mais il est vrai aussi que le Shinkansen a beaucoup rapproché (si ce n'était pas si cher... heureusement qu'il
y a les autocars)

La taille japonaise: ton problème est en hauteur, le mien... en largeur!  mais j'ai trouvé une marque qui me va, c'est américain: Talbots.