Ikebana, petit résumé de l'historique, suite

Publié le par mimisan



Il est préférable de lire d'abord l'article qui explique les toutes premières origines de l'ikebana…

EPOQUE MUROMACHI : UN STYLE SE PRÉCISE ENCORE

L’époque Muromachi est très importante pour la culture japonaise, ce qui se retrouve également dans l’art floral.

Le passage de l’utilisation des fleurs de l’extérieur à l’intérieur est confirmée.

C’est également la véritable instauration du tokonoma et du tatehana, nom de ce qui deviendra "ikebana" (zashiki kazari).

Les fleurs sont maintenant véritablement utilisées pour l’esthétique. L’intendant du shogun (dôbôshû) est souvent un moine aux goûts artistiques et il a une grande importance.

L'arrangement floral est un art aristocratique, masculin, celui des samouraï.

Le goût artistique de Toyotomi Hideyoshi et le développement de la cérémonie du thé avec l’importance prise par Sen no Rikyû (1522 – 1591) va jouer un rôle important . Ce dernier va pousser à l’extrême le dépouillement dans l’art floral. C’est pourquoi les fleurs pour cérémonie du thé (chabana 茶花) vont évoluer comme un art complémentaire mais presque à part de l’ikebana.

EPOQUE EDO : L’EMBOURGEOISEMENT

La bourgeoisie se développe et, comme dans tout pays, elle acquiert les moyens de vivre sur le même pied – et même mieux – que les seigneurs et riches samourais. On voit donc en même temps l’expansion de l’ikebana qui commence ainsi à connaître une sorte de popularisation.

Importance de Genroku (1688 –1704)

En même temps, s’établit le système de « iemoto », l’ "école" artistique organisée en société verticale à la japonaise avec le grand maître, les disciples qui deviennent maîtres à leur tour, etc. Chaque école est un peu comme une société fermée. Le chef d’école est toujours un homme. (Depuis quelques annés, l'école Sogetsu a fait exception à cette règle)

STYLES, ECOLES…

Dès l’époque Muromachi, il y a eu plusieurs écoles aux tendances plus épurées ou un peu plus fournies.

Au milieu du XVe siècle, l’école Ikenobo commence à dominer les autres, au milieu du XVIe siècle, presque tous les « tatehana » étaient de l’école Ikenobo.

Actuellement, on connait  surtout Ikenobo (la branche « kôryu » suit la tradition la plus ancienne), Sôgetsu, Ryûseiha…

Elles sont toujours régies par un strict système de « iemoto ».

Le système pour obtenir le diplôme déroute un peu les Occidentaux qui ont tendance à y voir fonctionner allègrement « la pompe à fric » comme dit l’expression populaire. Il y a plusieurs degrés intermédiaires ; chacun peut s’obtenir au bout d’un nombre de leçons fixé par la règle et plus on monte en grade plus il faut payer – en plus des leçons elles-mêmes – pour l’obtention du degré.

Maintenant, un peu d’entraînement à l’arrangement floral fait partie de l’éducation d’une fille en tant que future maîtresse de maison. C’est indispensable pour une patronne d’auberge (o kamisan).

LES MOTS POUR LE DIRE :

La façon de nommer la décoration florale a changé au cours des siècles.
TATEHANA
CHABANA
RIKKA
SEIKA
IKEBANA
Les trois derniers mots s’écrivent avec les mêmes caractères (生花) mais selon le contexte, c’est un mot un peu différent pour une réalité un peu différente.

On parle aussi de :

JÛBANA : style libre
MORIBANA : arrangement dans un vase plat avec utilisation d’un pique-fleurs (inspiré de la Chine).
NAGEIRE : arrangement dans un vase profond



RAPPELONS-LE
:

Harmonie donnée par la répartition des masses ponctuées par des vides, le choix des matières : fleurs et branches, en ayant conscience que ce résultat final est l’addition des éléments (2 matières peu intéressantes séparément peuvent donner un résultat très réussi), choix du vase selon les matières utilisées ou l’inverse.

Un ikebana réussi est joli sous tous les angles.

Lorsqu’on fait un moribana, il faut bien grouper les tiges et branches sur le pique-fleurs.

L’ikebana est une culture mâle, celle des seigneurs et samourais, qui est devenue un art féminin ; mais, comme nous l’avons déjà dit plus haut, le « iemoto » est quasiment toujours un homme.




Publié dans ikebana & flore

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

pause-cafe 19/05/2007 20:02

Trés intéressant,j'ignorais que l'Ikebana fut un art masculin.on présente toujours une geisha arrangeant des fleurs....Merci de ton passage chez moiA bientot,je reviendraiBon dimanche

Mimisan 19/05/2007 20:55

Oui, du moins dans ses originesMais encoe maintenant, les chefs d'école sont généralement ds hommes...

Mira 27/05/2006 07:45

Je suis contente de trouver vos articles. Je suis japonaise qui est en train d'apprendre IKEBANA.  J'esperais que vous pouvez regarder mon blogs en francais sur IKEBANA.
 
 
 

Martine 29/03/2006 10:07

Tes articles sont toujours très enrichissants et agréables à lire. Merci

mimisan 29/03/2006 18:01

Je suis contente de savoir qu'il ya des personnes que ça intéresse. Merci.