Gratuité des frais de scolarité des expatriés : un sujet difficile

Publié le par Mimisan

Un sujet qui concerne directement tous les Français de l'étranger et indirectement  tous les Français .
Je me permets de reprendre un article du Monde, que je ferai suivre de quelques remarques.


 LE MONDE | 14.08.08 | 15h09  •  Mis à jour le 14.08.08 | 16h25

L'engagement de Nicolas Sarkozy d'assurer la gratuité des frais de scolarité à l'étranger va-t-il grever les caisses de l'Etat ? Selon le Canard Enchaîné du 13 août 2008, la promesse présidentielle qui a concerné à la rentrée 2007 uniquement les élèves de terminale coûterait "d'ici 10 ans, appliquée du lycée jusqu'au cours préparatoire (...) 713 millions d'euros par an".


L'hebdomadaire s'appuie sur une simulation non publiée de l'Agence pour l'enseignement français à l'étranger (AEFE), un établissement public placé sous la tutelle du Quai d'Orsay. Le ministère des affaires étrangères n'a pas confirmé ce montant.

440 écoles, collèges et lycées français sont répartis dans 135 pays et scolarisent 250 000 élèves, dont 54 % d'étrangers. Plus de la moitié de ces établissements (253) sont sous la responsabilité de l'AEFE. Ils reçoivent à ce titre une subvention de l'Etat, le reste du financement étant assuré par les familles. Avec cette nouvelle disposition, les élèves pourront se faire rembourser leurs frais de scolarité, quels que soient le revenu des parents et le statut des établissements. En moyenne de 3 800 euros par an, ces frais peuvent selon les pays et les écoles atteindre près de 20 000.

La gratuité était l'une des promesses présidentielles du candidat Sarkozy. Dans une lettre adressée aux Français de l'étranger, le président écrivait qu'il "n'est pas normal qu'un enfant français soit exclu de notre système d'enseignement pour des raisons financières ou raisons géographiques". Il proposait que les frais de scolarité des enfants d'expatriés soient "pris en charge par la collectivité nationale" de la seconde à la terminale, voire à terme dès l'école primaire.

Appliquée dès septembre 2007, cette mesure a concerné 4 200 élèves de terminale et déjà coûté 20 millions d'euros. A la rentrée 2008, la gratuité doit être étendue aux lycéens en première et, en 2009 à ceux en seconde.

Hostile à la réforme, le ministre des affaires étrangères, Bernard Kouchner, avait expliqué, lors d'une audition au Sénat le 2 juillet 2008, "avoir beaucoup de mal à convaincre" le chef de l'Etat de ses "inconvénients". "Il y a des gens qui n'en avaient pas besoin", avait reconnu M. Kouchner.

Au sein de l'UMP, la mesure est critiquée, notamment par le sénateur de Haute-Loire Adrien Gouteyron. Sur la base du nombre d'élèves inscrits en 2007, la prise en charge des trois classes de lycée représenterait chaque année, selon lui, près de 50 millions d'euros.

Le 22 juillet 2008, dans un rapport d'information sur la modernisation de l'outil diplomatique, le député, Jean-François Mancel (UMP, Oise) évaluait le coût de la mesure à 300 millions d'euros par an. Le remboursement des frais pourrait en effet pousser certaines écoles à augmenter leurs tarifs, et inciter les entreprises qui jusque-là prenaient en charge les frais de scolarité de leurs expatriés à laisser payer l'Etat.

Catherine Rollot

***************************

C'était une promesse très calculée en ce qui concerne l'effet apport de voix de la part des Français de l'étranger, mais totalement improvisée, non calculée en termes de coût financier. Facile à dire, moins facile à faire...

Il y a une dizaine d'années environ, il y a déjà eu le prêt des manuels scolaires appliqué à ces établissements aussi (en tout cas, à Tokyo).

Il est dit que ces établissements, reçoivent des subventions de l'état. Oui, mais de moins en moins importantes au fil des années.

Si les charges augmentent, nécessairement les frais de scolarité augmentent, et c'est bien ce qui se passe y compris en raison de cette prise en charge de la scolarité.

La mesure favorise encore plus ceux qui sont déjà favorisés, dit M. Kouchner? Exact. Les expatriés des entreprises ont les frais de scolarité pris en charge, voire y compris voyage scolaire etc. Exact. Ces personnes toucheraient donc 2 fois les frais de scolarité de leurs enfants? Quand d'autres payent tout d eleur poche? Bizarre...

Il y a un public très varié dans ces établissements français  de l'étranger. Pas uniquement "le fis de l'ambassadeur" comme je lis dans un des commentaires e l'article du Monde (pourquoi toujours "le fils"? ils ont aussi des filles, ces gens-là).
Il y a aussi les bi-nationaux (l'un des parents français, l'autre du pays d'implatation)
Il y a aussi les enfants de chauffeurs ou cuisinier ou autre d'ambassades francophones...
Egalement des enfants dont les deux parents sont du pays en question...
Je pourrais continuer un inventaire qui ferait un peu à la Prévert.

Il y a longtemps que les non-français payent plus que les autres, jusqu'à 30%, voire plus.  Il est à craindre qu'on leur fasse payer un peu plus encore pour la scolarité des bons petits Français.

Dans certains établissements du moins, la cohabitation entre les enfants français d'expats du privé et les franco-japonais par exemple est souvent difficile, et l'influence négative des parents français y est souvent pour quelque chose, mais là je dois reconnaître que depuis quelques années les mentalités se sont améliorées me semble-t-il.
Mais j'ai trop vu de ces parents prétendre que ces enfants non 100% français faisaient baisser le niveau de la classe alors qu'ils étaient parmi les meilleurs et que c'étaient leurs propres enfants qui étaient des trublions... C'est toujours la faute à quelqu'un d'autre, rien de nouveau sous le soleil.

En tout cas, cette promesse électorale a une apparence sympathique, une réalité plus trouble et difficile.

(je m'efforcerai de répondre au fur et à mesure aux commentaires)

Publié dans actualité

Commenter cet article

Véro 07/09/2008 21:15

Pourquoi pas une prise en charge, si elle n'est pas assurée ar l'entreprise ?Véro

mimi 07/09/2008 18:26

c'est comme tout ce que fait sarko, c'est sans avoir vue les dossiers à font et sans penser aux conséquences. il ne voit pas plus loin que le bout de son nez ! autant dire qu'a part faire plaisir à ses amis et à son porte monnaie personnel, la population, il en a rien a faire si elle vit mal.la gratuité pour tout le monde ! oui ! et surtout pour ceux qui sont les mieux rémunérées, les autres n'ont que le droit de bosser plus, et d'être payer moins, et de payer pour ceux qui n'ont besoin de rien !c'est un menteur, et en quelque sorte une sorte de vol de la population laborieuse ! il n'a aucun état d'ame, pour envoyer des jeunes au casse pipe pour faire plaisir à ses amis américains ou autres !!

Mimisan 08/09/2008 02:04


Bonjour Mimi, bienvenue :D
C'est aussi parce qu'il y a beaucoup de Mimi que sur le net j'ajoute le san qu'on m'attribue au Japon, je précise donc pour les éventuels lecteurs qu'il s'agit bien là de 2 personnes
différentes.:lol:

Je précise les circonstances:

Cette décision de campagne électorale a été prise parce qu'il y avait déjà un mouvement très fort de révendications dans  ce sens, en tout cas à Tokyo, où justement les voix pour la auche
était en remontée ces dernières années. Il comptait ainsi s'attirer des voix qui ne lui seraient peut-être pas allées sinon; auf qu'il l'a fait sans penser aux moyens, sans réfléchir...Etre
impulsif  n'est pas vraiment une qualité...


clo (de retour) 18/08/2008 12:11

Coucou Mimi :)Effectivement c' est un sujet brûlant.Mais mettre en route un tel bigntz sans le chiffrer ni s' offrir les moyens de contrôle des remboursements, est un suicide financier. Comme d' hab, ceux qui ne sont pas dans le besoin en bénéficieront. Ceci dit, je pense que l' enseignement gratuit est la base de la laïcité, et en tant que telle, est indiscutable.Gros bisous ma Mimi, en espérant que tu vas bien :0010:

Mimisan 18/08/2008 13:48


Sujet brûlant, oui.

Je vais comme je peux selon les jours...


jean-marie 18/08/2008 08:23

Les campagnes électorales favorisent l'expression de toutes les formes de démagogie... et la dernière présidentielle a été particulièrement fertile en ce domaine !Si l'on investit beaucoup dans l'Education à l'étranger, je pense que c'est une bonne chose mais il ne faudrait pas que l'on taille dans le vif ailleurs... ce qui est apparemment une menace à prendre au sérieuxbises amicalesbien à toijean-marie

Mimisan 18/08/2008 14:17


Bien vu ...


sarang 17/08/2008 18:41

Est-ce que l'éducation, la culture générale ne devrait-elle pas être gratuite pour tous?!J'avoue que parfois ca me mets en rogne.Des jeunes étudiants ici viennent de l'étranger.S'ils réussisent leur année, ils ont droit, tout frais payer de retourner en vancances dans leur pays.De plus, quand ils ont leur diplomes, ils retournent execcer dans leur pays....tout ça aux frais de la princesse.Et quand je vois, la notes de scolarité pour mes fils...Alors oui, j'avoue que parfois...

Mimisan 18/08/2008 16:05


Je comprends très bien ce que tu veux dire...