La ville de Tokyo, les Français au Japon: séismes et sécurité

Publié le par mimisan

POUR LES FRANÇAIS RÉSIDANT AU JAPON:

L'îlotage

Un maillage de la ville de Tôkyô, reproduisant les zones administratives japonaises pour répartir les Français  qui se sont immatriculés au consulat en îlots, a été établi. Lorsqu'on s'inscrit au consulat, on reçoit information de l'îlot auquel on appartient, ainsi que les coordonnées du chef d'îlot pour pouvoir le contacter. Personnellement, on ne m'a téléphoné qu'une fois en x années, et je crois qu'il en est plus ou moins de même dans les autres circonscriptions. 

Il y a normalement un "chef" et deux suppléants par circonscription. Toutefois, il reste encore des zones à pourvoir.

Il y a actuellement 98 îlots dont 75 pour Tôkyô seul, avec 141 îlotiers, ce qui montre le manque de suppléants dans un certain nombre d'îlots, dont le mien, d'ailleurs. Ceci pour 6.152 Français immatriculés au consulat, avec 31% de mineurs. Sur les 98 îlots, 71
ont au moins un responsable, donc les 27 autres sont directement gérés par l'Ambassade en cas de crise compte tenu du faible nombre de ressortissants français
. Par ailleurs, certains îlots ( 5 ou 6 ) n'ont qu'un responsable et des suppléants ne sont pas recherchés si le nombre de français est jugé faible.
Les îlotiers, qui font partie du Comité de Sécurité, sont réunis 2 fois par an pour les mises à jour et échanges d'informations. Des spécialistes sont invités à cette assemblée.

Actuellement,  ce dispositif n'existe que dans le cadre français, mais d'autres ambassades européennes s'y intéressent de près, en particulier l'ambassade d'Allemagne qui est voisine.

Rôle des îlotiers:

En temps normal:

Ils sont les intermédiaires entre l'Ambassade de France au Japon et la communauté française. Ils peuvent contacter les personnes de leur circonscription pour s'assurer que cette famille est toujours là, pour transmettre une information, dans un sens ou dans l'autre…

Dans les informations qu'on peut transmettre: rappeler les consignes de sécurité en cas de séisme, le lieu d'évacuation où l'on pourra avoir abri et aide…

Les responsables d'îlot sont encouragés à prendre contact avec le service de prévention de leur mairie, qui les reçoit bien et qui a habituellement des documents utiles.

La plupart des responsables d'îlot font part de la difficulté à obtenir des réponses lors de leurs tentatives de contact avec les personnes de leur circonscription…

Un chef d'îlot prévient l'ambassade et ses suppléants s'il s'absente.

Les chefs d'îlot à forte population ont reçu de l'ambassade un téléphone satellitaires portables. (iridium). L'ambassade, plusieurs entreprises françaises, sont équipées de valises (téléphones) immarsat en plus des téléphones satellitaires.

En cas d'urgence:

Les responsables d'îlot doivent faire de leur mieux pour faire le recensement de la situation de la communauté dans leur circonscription, et faire savoir à l'ambassade (ligne spéciale) ceux qui sont sain et sauf, ceux dont on ne sait pas encore ce qu'ils sont devenus, cette fonction est indiquée comme prioritaire; les informations recueillies par l'ambassade sont transmises à la cellule de crise à Paris qui peut ainsi informer les familles.

Lors des assemblées, on nous a aussi appris à rassurer les gens pris de panique…

LA VILLE DE TÔKYÔ:

Elle a une centrale de surveillance et intervention très élaborée, pour tous les cataclysmes, puisqu'il y a aussi l'activité volcanique, les typhons, les ras de marée (même s'ils sont assez rares), les glissements de terrain…

Mais elle a renforcé son action de recherche pour faire face le mieux possible à certains aspects spécifiques. Dans la journée, la plupart des gens sont loin de chez eux, pour être au travail au bureau.
Il y a en particulier l'arrondissement de Chiyoda, celui qui est en forme d'anneau autour de l'immense territoire du Palais impérial. A peine 40.000 personnes y vivent, mais 200.000 y viennent chaque jour travailler, étudier etc. Ce qui pose de nombreux problèmes particuliers.
Un bureau de recherche a été créé, le Centre de recherche des désastres urbains.
Il travaille tout particulièrement à définir les problèmes, les besoins, et à y trouver des solutions. Le problème auquel il s'intéressait particulièrement cette année est celui de ces si nombreuses personnes qui sont loin, voire très loin de chez elles dans la journée. La ville d'Osaka a établi un contact avec ce bureau de recherche parce qu'ils ont maintenant une préoccupation similaire avec la grande plaque tournante régionale qu'est devenu le quartier de la gare. Comment regrouper les gens avant qu'ils puissent essayer de rentrer chez eux? Comment les informer pour les aider à retourner chez eux, retrouver leur famille? Comment l'information peut-elle se faire? Comment peut-elle circuler, cette information? Et en attendant que ces personnes puissent se déplacer? Comment faire pour tous les premiers besoins? etc.

Pour la troisième fois cette année, un grand exercice de simulation et démonstration était organisé conjointement par la mairie de Chiyoda, le bureau de recherche, les pompiers, la police, l'armée, 62 entreprises sur les 4.000 hébergées dans cet arrondissement.

Cet exercice a lieu le 17 janvier, date du grand tremblement de terre de Kobé.
C'est grâce à la responsable de l'îlot 622 (merci Marie-Sylvie) que nous avons eu connaissance de ce bureau où j'ai pu l'accompagner, et de ses activités.

Dans un prochain article, je vous ferai donc un compte-rendu assez précis et très illustré de ce que j'ai pu voir et apprendre à ce grand exercice du 17 janvier.

Cet article est associé à ces deux autres:

Japon et séismes
les précautions à prendre

Un panneau expliquant immarsat:


Image Hosted by ImageShack.us


Un panneau expliquant iridium:


Image Hosted by ImageShack.us

Commenter cet article

mouna 26/04/2010 20:45



ils sont prevoyant au japon