Le Pavillon d'Or de Yukio Mishima

Publié le par Mimisan




<<Je sentais la neige m'entrer dans la bouche, ici et là, partout, fondre au contact du rose épiderme et s'y engloutir. Je songeai au phenix du toit; imaginai le bec ouvert du mystérieux oiseau d'or... Un bec lisse et chaud...

La neige donne à tous une humeur juvénile. Et puisque j'allais, moi, sur mes dix-huit ans, pourquoi serait-il inexact d'affirmer que je ressentis alors en moi une sorte d'exceptionnelle et juvénile exaltation?

Sous sa housse de neige
, le Pavillon d'Or était d'une incomparable beauté. Avec ses baies grandes ouvertes qui laissaient entrer les bourrasques, ses fins piliers côte à côte , il avait, dans sa nudité même, quelque chose de tonique et de purifiant.>>

Cette citation se trouve à la page 123 du roman Le Pavillon d'Or par l'auteur japonais Yukio Mishima, traduit du japonais et préfacé par Marc Mécréant; ed.Gallimard Folio. J'étais supposée écrire les 3 phrases qui venaient après la 5e, je crois avoir écrit un tout petit peu plus pour avoir une citation bien construite.

En effet, je profite de l'occasion donnée par ce tag pour vous parler de ce livre comme j'en avais le projet depuis longtemps. Tag donné en premier par la gentille
ClaudeB à qui je ne puis rien refuser et par la sympathique Perfecta.




Le Pavillon d'Or de Kyoto, un fait divers qui a réellement existé. Mais ceci n'en est pas une photo: seulement un bricolage totoshop que j'ai fait à partir du scan d'une photo. Mais pour illustrer ce roman.

Mishima est parti du fait divers qui avait été publié dans les journaux et a consulté aussi les minutes du procès. Mais ça reste un roman qu ine s eprtend pas être une biographie exacte. La part du romancier est très riche.

L'auteur nous conte la vie d'une jeune garçon fils de "prêtre" d'un temple à la campagne, côté Mer du Japon, sur un promontoire isolé. Son père meurt prématurément de maladie. Il entre finalement au temple sur le site duquel se trouve le Pavillon d'Or. Il est fasciné par la beauté de cette construction. Au point qu'il en fera une obsession. Et se retrouvera avec les sentiments contradictoires d'amour et de haine.

Il bégaie, il boite, il est complexé. Il essaye de surmonter sa timidité alors qu'il est seul avec une demoiselle, dans un parc, mais...

 <<Alors m'apparut le Pavillon d'Or.
 Dans sa pleine majesté. Dans sa grâce mélancolique. Carcasse des fastueuses structures dont subsistaiient des dorures écaillées. Toujours net, à cet incompréhensible point de l'espace qui le faisait tout à coup lointain à qui le croyait proche, amical et distant à la fois... Tel il m'apparut.
Maintenant, il obstruait le passage entre moi et la vie vers laquelle je tendais. Pareil d'abord à une miniature, il grandit à vue d'œil jusqu'à recouvrir entièrement le monde qui m'entourait, sans en omettre un détail ni un pouce, comme j'avais vu autre fois dans la fine maquette du Pavillon d'Or, un Pavillon d'Or gigantesque englobant tout l'univers. Il emplissait le monde d'une puissante musique qui finit par receler en elle la signification de l'univers entier. Le Temple d'Or dont, parfois, l'élan vers la nue m'avait si fort ignoré, voici qu'il s'ouvrait à moi, m'octroyait place au sein de sa structure...
 Ma compagne s'éloigna soudain d'un glissement si léger qu'elle fut bientôt aussi imperceptible qu'un grain de poussière: le pavillon d'Or la rejetait; mais du même coup aussi, la vie que je tentais d'appréhender. Cerné de partout par la Beauté  moyen de tendre les bras vers la vie? La Beauté n'avait-elle pas aussi le droit d'exiger qu'on tînt compte d'elle, qu'on renonçât au reste?>>


Ce passage, qui se trouve presque au milieu du roman, nous donne un élément clef.

En même temps il y a en filigranne la vie du Japon un peu avant la guerre, pendant la guerre (les risques de bombardement sur le Pavillon) et l'occupation américaine.
Vous trouverez également une scène très célèbre d'adieu d'un homme qui va partir à la guerre à la femme qu'il aime, dans le cadre du Nanzenji.

Bien sur, c'est un livre que je ne peux que vous encourager  à découvrir.

Publié dans livres & films

Commenter cet article

Muad' Dib 14/06/2008 16:06

Coucou Mimisan, merci de nous faire découvrir ce roman.Gros bisous et très bon week-end,

clo 14/06/2008 15:40

Dès que je le trouve, je le lis .Merci Mimi :0010:

Mam' Soazic:0037: 13/06/2008 16:29

Bisous et bon  week-endMam' Soazic

jackline :0059: 13/06/2008 14:52

J'essaierai de le trouver lorsque je rentrerai de mon voyage en Egypte..je m'envole demain..pendant mon absence, des articles programmés continueront de paraître sur mon voyage récent au Vietnam (la suite en rentrant..) bisous, à bientôt :0010:

Jacqueline 13/06/2008 12:33

Je suis une grande admiratrice et lectrice (of course..) de Ishiguro Kazuo , traduit en italien...(et oui!). Le connais tu??ton illustration est parfaite!!!comment vas tu??? ..si tu peux me répondre...:0010: