Le Robin des bois japonais: Nezumi-kozo

Publié le par Mimisan

La semaine dernière, alors que je me promenais un peu à Asakusa en bonne compagnie, j'ai remarqué une boutique qui m'a donné envie de la photographier: une façade refaite dans le style Edo y compris les tuiles en avancé, tout ce qu'il faut pour s'habiller en kimono courant...









Je me suis dit qu'il fallait que je fasse la photo en format portrait pour mieux voir la façade dans toute sa hauteur, avec l'étage blanc, les tuiles en avancée.




Pendant que je m'occupe de tout ça j'entends des braves petites dames soit du quartier soit venues de leur campagne s'exclamer en riant: <<Nezumi kozo! Nezumi kozo!>> Je regarde mieux et le vois là:




Laissez-moi vous raconter un peu qui il est.

Jirokichi de son vrai nom est né en 1796.
Il vivait à Edo uù il était un simple travailleur et pompier bénévole. Il a pris l'habitude d'aller voler dans les demeures de samourai,de gros bourgeais commerçants, de seigneurs. Uniquement chez les riches qui ne se privaient pas de tourmenter le petit peuple. Il portait toujours un sac rempli de rats ou de souris qu'eil lâchait dans les demeures qu'il venait dévaliser; ainsi, les habitants n'entendaient que le trottinement de souris, bruit somme toute assez banal.
En 1822, il fut pris une première fois par la police, marqué au fer rouge sur le bras, comme il était d'usage de faire à cette époque, et banni de Edo.Et s'il y avait récidive, c'était la décapitation au sabre.

Jirokichi a-t-il pensé qu'il était plus malin que tout le monde? Ce risque ne l'a pas empêché de continuer. La chance lui a encore souris pendant 10 ans.

Mais en 1832, alors âgé de 36 ans, il est saisi par la police alors qu'il sortait d'une demeure où il venait de commettre un fric-frac qui s'avèrera être le dernier. Il est attaché à un cheval, promené à travers la ville sous les yeux des badauds, décapité, sa tête promenée et exposée au bout d'une pique à travers la ville.

Pour comprendre les valeurs: 1 ryô, à cette époque, permettait à une famille ordinaire  de tenir presque un an; le vol de 10 ryos entrainait la peine de mort.
Jirokichi a avoué avoir volé dans près de 100 demeures de samourai. Il a prétendu avoir volé en 15 ans plus de 3.000 ryo...

Il aurait dépensé l'essentiel de cette fortune dans les lieux de plaisir, et non pas pour distribuer aux pauvres. Mais le petit peuple était content de cette revanche sur les autres et regrettait sa mort. La légende a fait le reste,en particulier avec une pièce de kabuki dont il est le héros (donc type de pièce "osewamono")

Sa tombe se trouve au temple Ekoin dans le quartier de Ryogoku. La croyance populaire veut que racler un peu d'une des pierres tombales porte chance,fera gagner à la loterie. Or la pierre est extrêment dure. Regardez dans cette vidéo:






Je suis sure qu'il y a l'équivalent dans tous les pays. Comment s'appelle-il dans le vôtre?

Publié dans traditions

Commenter cet article

Véro 01/08/2008 14:43

Ma foi on ne rigolait pas avec les Arsene Lupin à cette époque.Véro

Mimisan 02/08/2008 03:51


Dès l'époque Edo et voire avant, la police a toujours été très répressive avec des solutions radicales.


Myriam 06/06/2008 06:40

Merci pour ta visite.Cette boutique a un air retro bien fait et j'ai apprécié de relire l'histoire que j'ai vue au kabuki (la seule en fait) en 85 ou 89, je ne me souviens plus, il y a bien longtemps mais que j'avais bien appréciée cependant, sans en comprendre tous les détails que j'ai eus grâce à toi.

françoise 06/06/2008 06:18

Sympa la boutique, ici on avait Arsène Lupin, gentleman cambrioleur ! bisesfrançoise

Bandolera 05/06/2008 19:55

J'ai pris un réel plaisir à lire son histoire ... C'est le pendant d'Arsène Lupin, le gentleman cambrioleur ... ;-) Bon vendredi Mimisan ! Bises

clo 05/06/2008 09:57

En Turquie, c' était plus un groupe.Il y en eut de célèbres, mais pas UN en particulier. http://en.wikipedia.org/wiki/ZeybekBises Mimi et bonne journée :)

Mimisan 05/06/2008 17:04


J'irai voir le lien quand j'aurai fini ma tournée :D