La flamme de la paix

Publié le par Mimisan

Aujourd'hui, c'est le jour anniversaire de Nagasaki.
Je vous embête peut-être avec ces choses-là, je vais finir par faire fuir le lecteur, mais je ne peux pas m'en empêcher.

J'ai un peu eu l'impression que cette année, au Japon, on a parlé un peu moins de Hiroshima, un peu plus de Nagasaki.
C'est justice.
D'habitude j'ai l'impression que c'était comme si on oubliait Nagasaki, qu'il n'y aurait eu  que Hiroshima, et j'ai toujours trouvé cela un peu pénible vis-à-vis des gens de  Nagasaki qui ont subi la même chose.

Il y a eu des images de l'époque... pourtant pas les pires du tout... mais largement suffisant pour ne pas rester indifférent...
Et la façon dont les survivants revivent le cauchemard...

Sur une des chaines que nous regardons, il y a eu aussi un reportage sur ce qui est devenu la Flamme de la Paix. Une histoire très touchante. Je n'ai malheureusement pas pu entrendre certaines précisions, mais je peux quand même vous en faire part.

Un soldat était justement affecté à sa ville de Nagasaki où il n'a pas arriver que pour trouver les décombres de la maison, décombres au milieu desquelles se trouvaient son grand-père etc.
Saisi d'une impulsion, il a trouvé un morceau de charbon de bois non consummé qu'il a allumé à une petite flamme de feu encore mal éteint et il a rangé ce tison dans l'étui spécial qu'il avait, de son équipement militaire.
Une fois parvenu à sa maison familiale, à l'aide de ce tison, un feu a été allumé et précieusement entretenu. Mais en même temps le sentiment était très partagé: cette flamme ne représentait pas que le souvenir du grand-père décédé pour les raisons que nous savons, elle représentait aussi l'acte terrible de l'ennemi.
Pendant longtemps le cœur et l'esprit étaient partagés entre ces deux façons de voir, entre la tentation de continuer à entretenir la flamme et celle de bien vite l'éteindre.
Peu à peu, avec l'aide aussi de l'entourage, une façon de voir s'est imposée: cette flamme représente tout ça, ce qu'on voudrait ne jamais plus voir, c'est donc ausssi la flamme de l'espoir, de la paix durable, l'espoir du "plus jamais ça".

Cette flamme doit donc vivre et se répandre.

C'est elle qui a allumé la flamme du mémorial de Nagasaki, mais aussi de Hiroshima et de divers autres endroits du Japon, dont dans le parc de Ueno à Tokyo.

Voilà l'histoire émouvante que je voulais vous faire connaître pour ces dates du 6 et du 9 août au Japon.



Publié dans actualité

Commenter cet article

katara 12/08/2007 06:40

Voilà une information que j'ignorais. Interessant cet article. bises

Mimisan 12/08/2007 09:36

En fait, je crois que c'est assez peu connubises

jean-marie 10/08/2007 22:56

Bonsoir,elle est belle l'histoire de la flamme et symbolique, ô combien...le souvenir des périodes les plus sombres de l'histoire n'ennuient que les coeurs endurcis...Continue, je t'en prie, ces évocations émouvantes...amicalementjean-marie

Mimisan 12/08/2007 04:01

Oui, j'ai trouvé très belle cette histoire, c'est pourquoi j'ai tenu à vous la faire partager.

:0091: lili :0010: 10/08/2007 15:59

tu as raison, il faut en parler et ne jamais oublier qu'un jour les hommes ont été encore plus fous que d'habitude, nos jeunes doivent savoir ce que leurs ainés ont fait comme atrocité, c'est le role du souvenir. Sous le ciel gris du jour et la fraicheur, je t'envoie des bisous, bonne journée

Mimisan 12/08/2007 03:57

Et qu'ils ont certainement la tentation de l'être encore, plus fous que d'habitude...

Véro 10/08/2007 15:23

En ce qui me concerne tu ne n'ennuies pas du tout. Je trouve très bien que tu en parles et les plus jeunes qui nous lisent feront probablement l'effort de se documenter un peu s'ils n'ont pas vu encore cette partie de l'histoire dans leurs cours.Lorsque nous avons visité Hiroshima, nous avons logé chez des missionnaires américains installés sur place et qui animaient une association pour venir en aide aux rescapés et leur permettre d'entrer en contacts avec des visiteurs étrangers. Nous avions aimé l'idée, mais la barrière de la langue ne nous a pas permis les échanges que nous aurions aimés. Véro

Mimisan 12/08/2007 03:56

J'avais eu envie d'organiser un voyage de classe pour ds 2e avec ce genre de rencontreMais comme ça coïncidait avec l areprise des essais à Mururoa, ce qui avait beaucoup ému les Japonais, véto total de l'administration, et de certains collègues dont les maris étaient à l'ambassade...Résultat, ça ne s'est jamais fait, j'ai remplacé par Nara et Kyoto avec travail sur "le Pavillon d'or" de Mishima...

soleil51:0010: 10/08/2007 12:40

Tu ne nous ennuies pas du tout et il est bien que tu fasses ce genre d'article ! ! On ne doit jamais oublier ce que peut faire l'homme et surtout jusqu'où il peut aller ! ! Bon vendredi et bizettes de la mer rouge ! ! @nne marie

Mimisan 12/08/2007 03:51

MerciDe toute façon ceux que ça ennuie ne passent pas :lol: