Le Japon se met à l'énergie bio

Publié le par Mimisan

rizi--re.Contraste.jpg

Il y a au Japon un million d'hectares de rizières désaffectées (de la même façon qu'en France il y a des plants de vignes arrachés). L'idée est née et a commencé à se développer de les utiliser pour essayer de faire du carburant bio, avec l'ambition de peut-être pouvoir être concurrentiel sur le marché international.


Un exemple dans la préfecture de Miyagi:
Un agriculteur possède une rizière abandonnée depuis 10 ans. On lui avait précédemment imposé d'arrêter d'utiliser cette surface en tant que rizière, et de la reconvertir pour la culture du soja (dont le Japon importe la plus grande partie). Or le terrain ne convenait pas pour la culture du soja; d'autre part, les subventions étaient insuffisantes pour couvrir le déficit par rapport à l'époque où on l'utilisait bien en tant que rizière.

Et on est revenu à la production de riz, mais cette fois avec une destination différente du produit, dont on utilise une variété différente, plus facile à faire pousser, qui demande moins de travail, moins de soin:
- pour donner une meilleure nourriture à poules et poulets, plutôt que le maïs qui est d'importation et qui peut devenir problématique (deficit de la production américaine)
- pour le faire fermenter jusqu'à ce qu'il soit à 100% devenu de l'alcool dont on tire l'éthanol qui sera mélangé à l'essence

Le problème actuel est que le prix de revient n'est pas compétitif
Pour l'instant, le produit obtenu est limité à une utilisation locale.
Une partie de ce riz est utilisée aussi, à Yuzumachi dans le Yamagata, à la nourriture porcine. Ce qui donne une viande particulièrement savoureuse mais qui coûte plus cher.
On s'efforce donc de réduire les frais.
En faisant la plantation différemment et en utilisant une autre variété de riz que le koshi-ikari habituellement utilisé au Japon, qui est donc remplacé par la variété "beko-aoba".


Une chose qui m'a frappée dans ce documentaire, c'est que j'ai beaucoup entendu dire que cette orientation était pour essayer d'égaler et concurrencer le marché étranger de l'éthanol de source végétale, mais je n'ai que fort peu entendu parler de souci anti pollution (en ai-je même entendu parler????) ....

P.S: en complément de cet article je vous conseille de lire aussi celui de Tony du blog Aelor.

source: une séquence magazine de la NHK


rizi--re-etage.jpg

Ces photos de rizières en gradins datent de quelques années et ont été prises à Izu-Matsuzaki, un des beaux endroits intéressants du Japon dont il faudrait que je vous parle aussi...

Publié dans société

Commenter cet article

Véro 17/06/2007 10:58

Je viens de lire cela ce matin sur le blog de Martine : "le seul déchet qui ne pollue pas et ne coûte pas est celui que l'on ne produit pas". J'ai roulé à l'éthanol en Amérique Latine, mais le Brésil est immense, ils ont de la place pour les cultures. Ce n'est pas le cas du Japon.  Juste une petite réflexion en passant. Véro

Angel 11/06/2007 03:33

Moi je veux bien les infos sur les rizieres en terasse. Je n ai jamais eu l occasion d en voir. Quelle est la bonne periode?

lory 08/06/2007 14:20

un article interessant.Quel paysage...j'adore!(mon nouveau blog  est encore tiu petu

Mimisan 08/06/2007 19:51

Je ne sais pas s'il est tout petit mais j'ai vu qu'il est déjà très joliBises

aril 08/06/2007 11:02

ton blog est super joli!!! et tres interessant! tes photos appellent au voyage! pour ce qui est du Bio et de la pollution....meme chez nous on en parle peu...et pourtant ça devient urgent..mais qui aura le courage de s'attaquer à ce probleme? il sera en lutte avec les compagnies de petrole et autres...on est mal partis...surtout nos descendants!

Mimisan 08/06/2007 19:54

Bienvenue :DIl y a des îles et des rivages en train de diparaitre...

Aixue 07/06/2007 08:53

Oui, oui, parle nous de ces rizières, la photo est magnifique !Pour l'énergie bio, tous les efforts sont dignes d'intérêt.

Mimisan 08/06/2007 19:53

Mais ce n'est pas encore une préoccupation de la Chine...